J’ai présidé, dans la matinée de ce 10 décembre 2019 à Tenkodogo, la cérémonie d’ouverture du panel sur les problématiques des Mutilations Génitales Féminines (MGF), des mariages d’enfants (ME) et du dividende démographique.

Ce panel, organisé par le Groupe d’Action de Lobbying et de Plaidoyer (GALOP) que je préside, s’inscrit dans le cadre de mon engagement au plan national et international contre les pratiques néfastes à l’endroit des femmes et des enfants.

J’ai été enchantée de constater la mobilisation massive des femmes autour de cette noble cause.

Dans mon discours, face aux statistiques inquiétantes au Burkina Faso et au Centre-Est, j’ai exhorté les différentes composantes socio-professionnelles au maintien de la lutte :
« En inscrivant dans sa feuille de route, l’organisation d’un panel sur les MGF et les ME dans l’agenda du 11 décembre 2019 à Tenkodogo, le GALOP veut une fois de plus interpeller les populations de la région du Centre-Est surtout les autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses sur le drame que vivent en silence ces milliers de filles et femmes victimes des pratiques des MGF et des mariages d’enfants. »