NEWS

  • AVIS DE RECRUTEMENT DE COORDONNATEUR (TRICE) DE PROJET 12 juin 2020

    La Fondation KIMI avec l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population, recrute un coordonnateur (trice) pour la mise en œuvre d’un projet dans le cadre la coopération entre l’UNFPA et le Gouvernement du Burkina Faso.

     Contexte

    Le Burkina Faso a une population très jeune, les 10-24 ans constituent près du tiers de la population, soit un effectif de 6 076 053 en 2015 selon les projections démographiques de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD). Cet effectif constitue en lui-même un défi pour le pays en termes de droits et d’accès à des services essentiels et de développement de leur potentiel économique et social. La satisfaction de ces besoins et droits nécessite des investissements importants pour accroître leurs capacités à exercer leurs droits et à participer pleinement et de manière qualitative au développement social et économique du pays.

    C’est dans cette perspective que le Burkina Faso bénéficie du soutien du Japon pour la mise en œuvre d’un projet qui cible prioritairement les jeunes et adolescents de sorte à renforcer leurs capacités à exercer leurs droits sexuels et reproductifs.

    Les interventions du projet seront déclinées en quatre produits inter reliées et couvrant les domaines ci-dessus cités.

    1. L’accès aux informations et aux services de SDSR.
    2. Les connaissances et compétences des adolescents et des jeunes en matière de plaidoyer.
    3. La fourniture de services de santé sexuelle et reproductive de qualité aux adolescents et aux jeunes.
    4. La création d’un environnement favorable à la promotion de la SDSR.

    Le projet sera mis en œuvre dans les régions du Centre et du Centre Ouest pour une période de trois ans. L’agence d’exécution du projet est le Fonds des Nations Unies pour la Population et les partenaires de mise en œuvre sont : la Fondation KIMI ; l’Association Burkinabè pour le Bien Etre Familial (ABBEF) et l’ONG japonaise JOICFP.  Ce projet s’inscrit dans le cadre de la coopération entre l’UNFPA et le Gouvernement du Burkina Faso.

    Les présents termes de référence sont élaborés pour le recrutement d’un coordonnateur au profit de la Fondation Kimi.

     

    1. Conditions de recrutement :
    • être de nationalité burkinabé ;
    • être âgé d’au moins 18 ans et d’au plus 55 ans au 31/12/2020 ;
    • remplir les conditions de niveau et de qualifications exigées ;
    • remplir les conditions d’aptitude physique et mentale requises ;
    • accepter travailler sous pression et entretenir de bonnes relations de travail avec les autres membres de l’équipe et les différents partenaires ;
    • respecter les normes de travail, les règles et procédures telles que consignées dans le manuel de procédures ;
    • être disponible et apte à des fréquents déplacements dans la zone d’intervention de la structure partenaire.

    III. Tâches et responsabilités :

    Sous la supervision directe de la Présidente de la Fondation Kimi, le/la coordonnateur/coordonnatrice aura pour tâches et responsabilités suivantes :

    • assurer la coordination des interventions du projet au niveau de la zone d’intervention ;
    • planifier les activités annuelles du projet et produire à temps les différents rapports dus et les rapports circonstanciés ;
    • participer aux réunions de coordination relatives aux interventions en lien avec le projet et assurer le suivi de la mise en œuvre des actions ;
    • coordonner la collecte et l’analyse des données de mise en œuvre des interventions ;
    • assurer la liaison avec le Bureau de UNFPA pour le partage d’informations, fournir les mises à jour nécessaires et demander de l’appui au besoin ;
    • analyser le contexte local et recommander des approches stratégiques pour fournir une réponse appropriée et la disponibilité de données ;
    • assurer le lien avec d’autres partenaires au niveau local pour une bonne exécution du projet afin d’y assurer l’appropriation des acteurs concernés ;
    • appuyer la communication et la mise à jour régulière des informations/données sur les interventions du projet ;
    • faire le suivi et le rapportage de la mise en œuvre des interventions ;
    • produire des rapports de situation mensuelle et les actions de la Fondation Kimi au niveau local ;
    • assurer la supervision des autres membres de l’équipe ;
    • assurer une gestion efficace et efficiente des ressources mises à disposition ;
    • effectuer toute autre tâche requise par les superviseurs et le bureau de la Fondation Kimi.

     

    1. Qualifications et compétences exigées :
    • être titulaire au moins d’un diplôme de BAC+4 en économie, sociologie, droit, santé, ou tout autre diplôme jugé équivalent en gestion des projets ;
    • avoir une expérience pertinente d’au moins 5 ans dans la mise en œuvre des projets ;
    • avoir une maitrise du français écrit et parlé ;
    • avoir de bonnes connaissances de l’outil informatique : maitrise d’un tableur (Excel) et connaissances pratiques de Word et PowerPoint ;
    • la connaissance de l’anglais pratique écrit/parlé et la maitrise d’un outil de gestion informatisée constituent des atouts.

     

    1. Supervision :

    Le/la coordonnateur/coordonnatrice travaille sous la supervision directe de la Présidente de la Fondation Kimi et collabore avec les acteurs concernés.

     

    1. Normes de travail :

    Le/la coordonnateur/coordonnatrice se conforme aux documents et standards officiels du pays. Il/elle s’appuie sur les règlements, manuels, politiques, directives de l’UNFPA. Il/elle est responsable de toute défaillance dans la coordination du projet qui sera constatée dans la mise en œuvre du PTA pour lequel il a été recruté. Le/la Coordonnateur/Coordonnatrice sera annuellement soumis(se) à une évaluation de performances dont les critères sont en rapport avec des normes établies.

     

    VII. Composition du dossier

    Les dossiers de candidatures doivent comporter les pièces suivantes :

    • une demande manuscrite timbrée à 200 FCFA adressée à la Présidente de la Fondation Kimi;
    • une lettre de motivation ;
    • une photocopie légalisée de l’extrait d’acte de naissance ou un jugement supplétif en tenant lieu ;
    • un certificat de visite et contre- visite médicale de moins de trois (3) mois de date ;
    • un casier judiciaire de moins de trois (3) mois de date ;
    • un curriculum vitae mis à jour, daté et signé ;
    • une photocopie légalisée du/des diplôme(s) exigé(s) ;
    • des copies légalisées d’attestations ou de certificats de travail en rapport avec les qualifications exigées ;
    • une photocopie légalisée du certificat de nationalité.

     

    VIII. Durée de contrat et salaire

    La durée du contrat de travail est d’un (1) an renouvelable sur la base des performances et sous réserve de la disponibilité des ressources.

    Les salaires seront fixés conformément aux textes en vigueur en matière de gestion des programmes et projets de développement au Burkina Faso, notamment les décrets relatifs à la gestion des projets et programmes de développement.

    1. Lieu d’affectation

    Le poste est basé à Ouagadougou (Burkina Faso) avec de fréquents déplacements de terrain.

    X Procédure de recrutement 

    Le recrutement se déroulera comme suit :

    • Une présélection sur dossier ;
    • Un entretien avec le jury.

    A l’issue de chaque phase, seuls les candidats présélectionnés pour la suite du processus de recrutement seront contactés par téléphone.

     

    XI Dépôt des dossiers

    Les dossiers sont recevables du 25 mai 2020 au 15 juin 2020 tous les jours ouvrables de 8 heures à 15 heures 30 au niveau de la Fondation Kimi, sise Avenue Mouammar Kadhafi, Immeuble FASIMMOB, Ouaga 2000.

    Pour toute information appelez le numéro +226 25375530 ou le +226 76161718

    Continuer la lecture →La Fondation KIMI avec l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population, recrute un coordonnateur (trice) pour la mise en œuvre d’un projet dans le cadre la coopération entre l’UNFPA et le Gouvernement du Burkina Faso.  Contexte Le Burkina Faso a une population très jeune, les 10-24 ans constituent près du tiers de ...
  • AVIS DE RECRUTEMENT D’ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER DE PROJET 12 juin 2020

    La Fondation KIMI avec l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population, recrute un (e) assistant administratif et financier (e) pour la mise en œuvre d’un projet dans le cadre la coopération entre l’UNFPA et le Gouvernement du Burkina Faso.

    1. Contexte

    Le Burkina Faso a une population très jeune, les 10-24 ans constituent près du tiers de la population, soit un effectif de 6 076 053 en 2015 selon les projections démographiques de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD). Cet effectif constitue en lui-même un défi pour le pays en termes de droits et d’accès à des services essentiels et de développement de leur potentiel économique et social. La satisfaction de ces besoins et droits nécessite des investissements importants pour accroître leurs capacités à exercer leurs droits et à participer pleinement et de manière qualitative au développement social et économique du pays.

    C’est dans cette perspective que le Burkina Faso bénéficie du soutien du Japon pour la mise en œuvre d’un projet qui cible prioritairement les jeunes et adolescents de sorte à renforcer leurs capacités à exercer leurs droits sexuels et reproductifs.

    Les interventions du projet seront déclinées en quatre produits inter reliées et couvrant les domaines ci-dessus cités.

    1. L’accès aux informations et aux services de SDSR.
    2. Les connaissances et compétences des adolescents et des jeunes en matière de plaidoyer.
    3. La fourniture de services de santé sexuelle et reproductive de qualité aux adolescents et aux jeunes.
    4. La création d’un environnement favorable à la promotion de la SDSR.

    Le projet sera mis en œuvre dans les régions du Centre et du Centre Ouest pour une période de trois ans. L’agence d’exécution du projet est le Fonds des Nations Unies pour la Population et les partenaires de mise en œuvre sont : la Fondation KIMI ; l’Association Burkinabè pour le Bien Etre Familial (ABBEF) et l’ONG japonaise JOICFP.  Ce projet s’inscrit dans le cadre de la coopération entre l’UNFPA et le Gouvernement du Burkina Faso.

    Les présents termes de référence sont élaborés pour le recrutement d’un (e) assistant (e) administratif et financier au profit de la Fondation Kimi.

    II. Conditions de recrutement :

    • être de nationalité burkinabé ;
    • être âgé d’au moins 21 ans et d’au plus 50 ans au 31/12/2020 ;
    • remplir les conditions de niveau et de qualifications exigées ;
    • remplir les conditions d’aptitude physique et mentale requises ;
    • accepter travailler sous pression et entretenir de bonnes relations de travail avec les autres membres de l’équipe et les différents partenaires ;
    • respecter les normes de travail, les règles et procédures telles que consignées dans le manuel de procédures ;
    • être disponible et apte à des fréquents déplacements dans la zone d’intervention de la structure partenaire.

     

    III. Tâches et responsabilités :

    Sous la supervision directe du coordonnateur, l’assistant financier et administratif aura pour tâches et responsabilités suivantes :

    • mettre en place/actualiser le système de gestion financière, budgétaire et administrative des Programme de Travail Annuel (PTA) conformément au manuel de procédures du programme ;
    • s’assurer de l’existence d’un dispositif fiable de contrôle interne de l’ensemble des transactions financières des PTA ;
    • établir les différents formulaires de gestion financière, budgétaire et administrative dans les délais prescrits et conformément aux procédures ;
    • suivre régulièrement l’état des engagements et des dépenses relatifs aux PTA (paiement sur avance reçue, paiement direct…) ;
    • assurer la saisie des données financières et comptables dans les logiciels NEX/ASFA, ATLAS et le classement chronologique des pièces justificatives y relatives ;
    • produire un rapport trimestriel de suivi des performances de l’exécution financière du projet ;
    • suivre régulièrement les différents mouvements du compte bancaire y compris les réconciliations bancaires ;
    • mettre en place les documents et outils comptables et de gestion ;
    • assurer la tenue chronologique du journal bancaire et de divers documents comptables ;
    • soumettre dans les délais les propositions de contrat de travail du personnel recruté et veiller à leur renouvellement dans les délais requis ;
    • assurer le traitement de la paie du personnel et les versements des cotisations à la caisse nationale de sécurité sociale et/ou CARFO, et les IUTS aux impôts dans les délais requis;
    • élaborer et suivre la mise en œuvre du plan de passation des marchés y compris la soumission des commandes à l’appréciation de la Présidente de la Fondation Kimi;
    • assurer le suivi de la maintenance des équipements acquis dans le cadre de la mise en œuvre du projet (inventaires, fiches de maintenance pour chaque équipement) ;
    • contribuer à la préparation des revues des produits et autres réunions du projet pour ce qui concerne les aspects financiers ;
    • assurer la préparation de l’audit du plan de travail annuel et la mise en œuvre des recommandations sous sa responsabilité ;
    • participer à la mise en œuvre du dispositif de spot check du projet;
    • soumettre les rapports financiers périodiques ;
    • répondre à toutes autres sollicitations de la Fondation Kimi en cas de besoin conformément à ses missions ;
    • assurer le contrôle, la collecte des pièces justificatives des partenaires de mise en œuvre de la structure.

     

    IV. Qualifications et compétences exigées :

    • être titulaire d’un DUT ou BTS ou tout autre diplôme jugé équivalent en gestion financière et administrative ;
    • avoir une expérience pertinente d’au moins 5 ans dans le domaine ;
    • avoir une maitrise du français écrit et parlé ;
    • avoir de bonnes connaissances de l’outil informatique : maitrise d’un tableur (Excel) et connaissances pratiques de Word et PowerPoint ;
    • la connaissance de l’anglais pratique écrit/parlé et la maitrise d’un outil de gestion informatisée constituent des atouts.

     

    V. Supervision :

    L’Assistant(e) Administratif(ve) et Financier(e) travaille sous la supervision directe du coordonnateur et collabore avec les agents en charge des finances du partenaire d’exécution, les assistants administratifs et financiers des autres PTA et le chargé du contrôle de gestion et de l’analyse financière des PTA du Programme de coopération.

     

    1. Normes de travail :

    L’assistant(e) financier(e) et administratif se conforme aux documents et standards officiels du pays. Il/elle s’appuie sur les règlements, manuel, politiques, directives de l’UNFPA.                 Il/elle est responsable de toute défaillance dans la gestion financière qui sera constatée dans la mise en œuvre du projet pour lequel il a été recruté. L’assistant(e) financier(e) et administratif(ve) sera annuellement soumis à une évaluation de performances dont les critères sont en rapport avec des normes établies.

     

    VII. Composition du dossier

    Les dossiers de candidatures doivent comporter les pièces suivantes :

    • une demande manuscrite timbrée à 200 FCFA adressée à la Présidente de la Fondation Kimi ;
    • une lettre de motivation ;
    • une photocopie légalisée de l’extrait d’acte de naissance ou un jugement supplétif en tenant lieu ;
    • un certificat de visite et contre- visite médicale de moins de trois (3) mois de date ;
    • un casier judiciaire de moins de trois (3) mois de date ;
    • un curriculum vitae mis à jour, daté et signé ;
    • une photocopie légalisée du/des diplôme(s) exigé(s) ;
    • des copies légalisées d’attestations ou de certificats de travail en rapport avec les qualifications exigées ;
    • une photocopie légalisée du certificat de nationalité.

     

    VIII. Durée de contrat et salaire

    La durée du contrat de travail est d’un (1) an renouvelable sur la base des performances et sous réserve de la disponibilité des ressources.

    Les salaires seront fixés conformément aux textes en vigueur en matière de gestion des programmes et projets de développement au Burkina Faso, notamment les décrets relatifs à la gestion des projets et programmes de développement.

    IX. Lieu d’affectation

     

    Le poste est basé à Ouagadougou (Burkina Faso) avec de fréquents déplacements terrains.

    X Procédure de recrutement 

    Le recrutement se déroulera comme suit :

    • Une présélection sur dossier ;
    • Un entretien avec le jury.

    A l’issue de chaque phase, seuls les candidats présélectionnés pour la suite du processus de recrutement seront contactés par téléphone.

    XI Dépôt des dossiers

    Les dossiers sont recevables du 25 mai 2020 au 15 juin 2020 tous les jours ouvrables de 8 heures à 15 heures 30 au niveau de la Fondation Kimi, sise Avenue Mouammar Kadhafi, Immeuble FASIMMOB, Ouaga 2000.

    Pour toute information appelez le numéro +226 25375530 ou le +22676161718

     

    Continuer la lecture →La Fondation KIMI avec l’appui technique et financier du Fonds des Nations Unies pour la Population, recrute un (e) assistant administratif et financier (e) pour la mise en œuvre d’un projet dans le cadre la coopération entre l’UNFPA et le Gouvernement du Burkina Faso. Contexte Le Burkina Faso a une population très jeune, les 10-24 ans ...
  • STOP COVID-19 :Les essentiels pour la prévention et le contrôle du virus 14 avril 2020

    Dès aujourd’hui, Bioforce met à disposition « STOP COVID-19 – Les essentiels pour la prévention et le contrôle du virus », un outil d’auto-formation en français rapide, gratuit et en ligne, destiné aux acteurs nationaux et internationaux qui devront assurer la prévention de la propagation du virus auprès des communautés locales, là où le confinement sera difficile. 

    Logo Stop Covid19

    Dans des pays aux systèmes sanitaires déjà fragilisés et où le confinement des populations est impossible, réduire la propagation du virus tout en protégeant les acteurs en première ligne est une priorité absolue. Dans ce contexte, la diffusion et l’application des mesures de prévention à grande échelle est d’une importance cruciale, et sensibiliser les populations devient un enjeu de santé publique majeur. Cette mission sera remplie par une grande diversité d’acteurs impliqués dans la réponse à la crise (agents de l’Etat, organisations à base communautaire, humanitaires internationaux comme nationaux) auprès de toutes les communautés locales, en ville ou en zone rurale éloignée.

    CET OUTIL RAPIDE, LIBRE ET COMPLET DOIT ÊTRE DIFFUSÉ À GRANDE ÉCHELLE. PARTAGEZ-LE DANS VOS RÉSEAUX.

    Bioforce, dont le mandat est de former les acteurs humanitaires en zone de crise, met l’outil STOP COVID-19 à disposition de cette grande diversité d’acteurs au contact quotidien des populations. Notre objectif est de donner rapidement à ces femmes et à ces hommes le pouvoir d’agir efficacement et en toute sécurité dans leur mission de sensibilisation.

    « STOP COVID-19 – Les essentiels pour la prévention et le contrôle du virus » est un outil :

    En auto-formation: il s’adapte au rythme et à la disponibilité de chacun.

    Gratuit et en ligne : il garantit un accès et une diffusion les plus larges possible, et encourage les réflexes de distanciation sociale. Compatible ordinateur, tablette et smartphone. Contenus téléchargeables sur support externe en cas de mauvaise connexion.

    Rapide: deux à trois trois heures pour maîtriser les essentiels pour la prévention et le contrôle du virus et être en capacité d’animer des séances de sensibilisation efficaces.

    Pratique : il donne aux équipes de réponse à l’épidémie des informations claires et objectives sur le virus et ses effets, ainsi que des ressources très pratiques pour étayer leurs interventions auprès des communautés.

    Complet : le virus, les modes de transmission, les gestes barrière (se protéger et protéger les autres) et contextes de transmission, des mesures pratiques et collectives de prévention au niveau communautaire, des ressources (informations complémentaires et supports pour la mise en œuvre des mesures de prévention).

    LANCEZ LA FORMATION EN LIGNE

     

    Continuer la lecture → Dès aujourd’hui, Bioforce met à disposition « STOP COVID-19 – Les essentiels pour la prévention et le contrôle du virus », un outil d’auto-formation en français rapide, gratuit et en ligne, destiné aux acteurs nationaux et internationaux qui devront assurer la prévention de la propagation du virus auprès des communautés locales, là où le confinement sera difficile.  Dans ...
  • Mesures de protection essentielles contre le nouveau coronavirus 30 mars 2020

     La plupart des personnes infectées présentent des symptômes bénins et guérissent, mais d’autres peuvent avoir une forme plus grave. Prenez soin de votre santé et protégez les autres en suivant les conseils ci-après :

    Se laver fréquemment les mains

    Se laver fréquemment les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon

    Pourquoi? Se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon tue le virus s’il est présent sur vos mains.

    Éviter les contacts proches

    Maintenir une distance d’au moins 1 mètre avec les autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre.

    Pourquoi? Lorsqu’une personne infectée par un virus respiratoire, comme la COVID-19, tousse ou éternue, elle projette de petites gouttelettes contenant le virus. Si vous êtes trop près, vous pouvez inhaler le virus.

    Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.

    Pourquoi? Les mains sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, vous risquez d’être en contact avec le virus présent sur ces surfaces.

    Respecter les règles d’hygiène respiratoire

    Se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement – jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée et se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.

    Pourquoi ? Se couvrir la bouche et le nez en cas de toux ou d’éternuement permet d’éviter la propagation des virus et autres agents pathogènes.

    Tenez-vous informé et suivez les conseils de votre médecin

    Tenez-vous au courant des dernières évolutions concernant la COVID-19. Suivez les conseils de votre médecin, des autorités de santé nationales et locales ou de votre employeur pour savoir comment vous protéger et protéger les autres de la COVID-19.

    Pourquoi ? Ce sont les autorités nationales et locales qui disposent des informations les plus récentes sur la propagation ou non de la COVID-19 dans la région où vous vous trouvez. Elles sont les mieux placées pour expliquer ce que les personnes dans votre région devraient faire pour se protéger.

    Mesures de protection pour les personnes qui se trouvent ou qui se sont récemment rendues (au cours des 14 derniers jours) dans des régions où la COVID-19 se propage

    • Suivez les conseils présentés ci-dessus.
    • Si vous commencez à vous sentir mal, même si vous n’avez que des symptômes bénins comme des maux de tête et un faible écoulement nasal, restez chez vous jusqu’à la guérison. Pourquoi ? Éviter d’entrer en contact avec d’autres personnes et de se rendre dans des établissements de santé permettra à ces établissements de fonctionner plus efficacement et vous protègera, ainsi que les autres personnes, de la COVID-19 et d’autres maladies virales.
    • En cas de fièvre, de toux et de difficultés respiratoires, consultez un médecin sans tarder, car il peut s’agir d’une infection respiratoire ou d’une autre affection grave. Appelez votre médecin et indiquez-lui si vous avez récemment voyagé ou été en contact avec des voyageurs. Pourquoi ? Si vous l’appelez, votre médecin pourra vous orienter rapidement vers l’établissement de santé le plus adapté. En outre, cela vous protègera et évitera la propagation de la COVID-19 et d’autres maladies virales.

    lire la pub de sensibilisation

    Continuer la lecture → La plupart des personnes infectées présentent des symptômes bénins et guérissent, mais d’autres peuvent avoir une forme plus grave. Prenez soin de votre santé et protégez les autres en suivant les conseils ci-après : Se laver fréquemment les mains Se laver fréquemment les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon Pourquoi? Se laver les mains ...
  • STOP COVID19: Mesures de prévention OMS 30 mars 2020

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini dix mesures de prévention personnelle basiques contre le COVID-19, notamment se nettoyer régulièrement les mains et les surfaces et éviter de voyager en cas de fièvre ou de toux.

    « Votre risque dépend de l’endroit où vous vivez, de votre âge et de votre état de santé général. L’OMS peut fournir des conseils généraux. Vous devriez également suivre les conseils de votre pays et consulter les professionnels de santé locaux », rappelait encore il y a quelques jours le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

    Voici ces dix mesures :

    1. Se laver régulièrement les mains avec un produit nettoyant à base d’alcool ou les laver à l’eau et au savon. Le fait de se toucher le visage après avoir touché des surfaces contaminées ou des personnes malades est l’un des modes de transmission du virus. En se lavant les mains, on peut réduire le risque.

    2. Nettoyer régulièrement les surfaces avec un désinfectant, par exemple le plan de travail de la cuisine et du bureau.

    3. Se renseigner sur le COVID-19, mais s’assurer que les informations proviennent de sources fiables telles que les agences de santé publique locales ou nationales, le site web de l’OMS ou les professionnels de santé locaux. Les symptômes, pour la plupart des gens, commencent par une fièvre et une toux sèche au lieu d’un écoulement nasal. La plupart des gens atteints souffrent d’une maladie bénigne et se rétablissent sans nécessiter de soins particuliers.

    4. Evitez de voyager lorsque vous avez de la fièvre ou de la toux. Si vous tombez malade pendant un vol, informez immédiatement l’équipage. Une fois à la maison, contactez un professionnel de la santé.

    5. Toussez ou éternuez dans votre manche ou utilisez un mouchoir en papier qui doit être jeté immédiatement dans une poubelle fermée, puis nettoyez-vous les mains.

    6. Pour les personnes de plus de 60 ans ou souffrant d’une pathologie sous-jacente comme une maladie cardiovasculaire, une affection respiratoire ou le diabète, le risque de développer une maladie grave pourrait être plus élevé. Prenez donc des précautions supplémentaires pour éviter les zones encombrées ou les endroits où il y a une possibilité d’interaction avec des personnes malades.

    7. Toute personne qui ne se sent pas bien doit rester chez elle et appeler des médecins ou des professionnels de santé locaux qui lui demanderont quels sont ses symptômes, où elle a été et avec qui elle a été en contact. Cela permettra de s’assurer que l’on reçoive les bons conseils, que l’on soit dirigé vers le bon établissement de santé et que l’on évite d’infecter d’autres personnes.

    8. Rester à la maison lorsqu’on est malade, manger et dormir séparément des membres de la famille, utiliser des ustensiles et des couverts différents pour manger.

    9. En cas d’essoufflement, appeler un médecin et se faire soigner immédiatement.

    10. Il est normal et compréhensible de se sentir anxieux, surtout lorsqu’on vit dans un pays ou une communauté qui a été touchée. Renseignez-vous sur ce qui peut être fait au sein de la communauté. Discutez de la manière d’assurer la sécurité sur le lieu de travail, à l’école ou dans le lieu de culte.

    lire la vidéo de sensibilisation

    Continuer la lecture →L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini dix mesures de prévention personnelle basiques contre le COVID-19, notamment se nettoyer régulièrement les mains et les surfaces et éviter de voyager en cas de fièvre ou de toux. « Votre risque dépend de l’endroit où vous vivez, de votre âge et de votre état de santé général. L’OMS ...