NEWS

  • Le Cancer chez la femme au Burkina Faso 26 février 2020

    Dans la plupart des pays en voie de développement, les cancers chez la femme — et plus précisément celui du col utérin et ceux du sein — constituent un véritable problème de santé publique. L’Organisation Mondiale de la Santé estime que le cancer du col de l’utérus est le deuxième type de cancer le plus fréquent chez les femmes. La situation au Burkina Faso ne dépareille pas : le cancer du col utérin occupe le deuxième rang des cancers gynécologiques après ceux du sein, qui constituent la première cause de mortalité par cancer chez la femme. La fondation KIMI – qui veut dire parapluie en langue dioula — se distingue par ses actions sur le volet de la prévention du cancer au Burkina Faso car « Il vaut mieux prévenir que guérir » .

    Plus d’informations sur le cancer       lire  interview Vidéo Lefaso.net

     

     

    Continuer la lecture →Dans la plupart des pays en voie de développement, les cancers chez la femme — et plus précisément celui du col utérin et ceux du sein — constituent un véritable problème de santé publique. L’Organisation Mondiale de la Santé estime que le cancer du col de l’utérus est le deuxième type de cancer le plus ...
  • Le Cancer au Burkina Faso 25 février 2020

    Le Cancer au Burkina Faso

    Le Burkina Faso n’échappe pas au fléau. En effet nous comptons 3.800 femmes et 2.400 hommes qui décèdent chaque année de suite d’un cancer. La prévention et le diagnostic précoces permettent de réduire ce taux de mortalité, d’où le rôle indispensable du secteur privé, entre autres, de la fondation KIMI qui s’investit, comme une fondation pluridisciplinaire, dans l’aide à la santé préventive au Burkina Faso.

     

     

    Continuer la lecture →Le Cancer au Burkina Faso Le Burkina Faso n’échappe pas au fléau. En effet nous comptons 3.800 femmes et 2.400 hommes qui décèdent chaque année de suite d’un cancer. La prévention et le diagnostic précoces permettent de réduire ce taux de mortalité, d’où le rôle indispensable du secteur privé, entre autres, de la fondation KIMI qui ...
  • Education sexuelle et accès au soins de santé: audience avec une délégation de l’ONG américaine Planned Parenthood Global (PP Global). 24 février 2020

    La présidente de la Fondation KIMI a reçu en audience, le 21 février 2020, une délégation de l’ONG américaine Planned Parenthood Global (PP Global). La cheffe d’équipe pays de PP Global, Madame Aminata RABO, a fait le point de leur intervention au Burkina Faso depuis 2015 dans le domaine de l’éducation sexuelle et de l’accès aux soins de santé. Mme RABO a mentionné la promotion des centres d’écoute dont l’animation sera confiée aux jeunes eux-mêmes.

    En retour, Madame Sika Kaboré a présenté les activités de la Fondation KIMI et du Groupe d’Action de Lobbying et de Plaidoyer (GALOP) en faveur de la promotion de la santé et de l’abandon des pratiques néfastes.

    Les deux personnalités ont aussi exploré la possibilité d’établir une collaboration entre leurs deux structures.

    Continuer la lecture →Education sexuelle et accès au soins de santé: audience avec une délégation de l’ONG américaine Planned Parenthood Global (PP Global).
  • Le Cancer en Afrique de l’Ouest 24 février 2020

    Le Cancer en Afrique de l’Ouest

    En 2013,l’OMS a lancé son Plan d’action mondial pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020 qui vise à réduire de 25% d’ici 2025 la mortalité prématurée due au Cancer, aux maladies cardiovasculaires, au diabète et aux maladies respiratoires chroniques.
    Dans la plupart des pays en voie de développement, les cancers constituent un véritable problème de santé publique. La situation en Afrique de l’Ouest reflète la tendance générale.

    Lire l’article de l’OMS

     

    Continuer la lecture →Le Cancer en Afrique de l’Ouest En 2013,l’OMS a lancé son Plan d’action mondial pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020 qui vise à réduire de 25% d’ici 2025 la mortalité prématurée due au Cancer, aux maladies cardiovasculaires, au diabète et aux maladies respiratoires chroniques. Dans la plupart des pays en voie de développement, les ...
  • L’OMS estime à 22 millions le nombre de décès imputables au cancer en 2030. 20 février 2020

    L’OMS estime à 22 millions le nombre de décès imputables au cancer en 2030. Près de 30% des décès par cancer sont dus aux cinq principaux facteurs de risque comportementaux et alimentaires :
    – le tabagisme,
    – la consommation d’alcool,
    – un indice de masse corporelle élevé,
    – une faible consommation de fruits et légumes,
    – le manque d’exercice physique.

    Prévenir ces principaux facteurs de risque en adoptant une hygiène de vie appropriée, permettrait de réduire de 30 à 50% la mortalité due au cancer.

    Plus d’informations sur le site de l’OMS

    Continuer la lecture →L’OMS estime à 22 millions le nombre de décès imputables au cancer en 2030. Près de 30% des décès par cancer sont dus aux cinq principaux facteurs de risque comportementaux et alimentaires : – le tabagisme, – la consommation d’alcool, – un indice de masse corporelle élevé, – une faible consommation de fruits et légumes, – le manque d’exercice physique. Prévenir ...